* Cliquez dans une image pour l'agrandir et/ou visionner en mode diaporama
Corambé 1989-91, bronze,150x23cm © ADAGP
<br />Commande publique.
<br />Parc de la Maison de George Sand à Nohant. La statue est une matérialisation du dieu "Corambé" inventé par l'écrivain dans son enfance.

Corambé 1989-91

bronze,150x23cm © ADAGP
Commande publique.
Parc de la Maison de George Sand à Nohant. La statue est une matérialisation du dieu "Corambé" inventé par l’écrivain dans son enfance.
Corombé - dos,

Corombé - dos

Le Jardin Sévigné 1996-1999, Plantation de buis sempervirens rotondi foglia 47,5x35,5 mètres(1330m2)© ADAGP.
<br />Commande publique
<br />Il fut conçu à l'occasion des célébrations nationales du tricentennaire de la mort de la Marquise de Sévigné Chantal de Rabutin( 1626-1696). Le jardin a la forme d'un blason ; le nom SEVIGNE y est écrit sur sa surface dans une calligraphie dite"à l'anglaise" et s'inspire des tracés "en broderie" de Le Nôtre. L'écriture définit la plantation des buis et la déambulation piétonne. L'entretien et la taille des arbustes, suivant la technique de "l'art topiaire" oriente la forme du jardin au fil des années. La frondaison devra laisser voir une masse végétale bombée, ne laissant plus apparaître le nom couché sur le sol, la circulation restera identique, mais cette fois-ci le promeneur sera abrité par un ciel végétal au milieu des troncs de buis. Ce jardin est une métaphore du ventre de la mère et de la fille Françoise-Marguerite de Grignan, èpouse de François Adhémar de Monteil comte de Grignan. La relation complexe des deux femmes a décidé de la forme en dédale de ce jardin. Leurs présences souveraines et sousterraines aux activités touristiques de Grignan, qui vit le nom Sévigné comme sa signature, sont les raisons de cette sculpture végétale. Elle sera véritablement achevée et visible seulement dans quelques dizaines d'années ! F.V

Le Jardin Sévigné 1996-1999

Plantation de buis sempervirens rotondi foglia 47,5x35,5 mètres(1330m2)© ADAGP.
Commande publique
Il fut conçu à l’occasion des célébrations nationales du tricentennaire de la mort de la Marquise de Sévigné Chantal de Rabutin( 1626-1696). Le jardin a la forme d’un blason ; le nom SEVIGNE y est écrit sur sa surface dans une calligraphie dite"à l’anglaise" et s’inspire des tracés "en broderie" de Le Nôtre. L’écriture définit la plantation des buis et la déambulation piétonne. L’entretien et la taille des arbustes, suivant la technique de "l’art topiaire" oriente la forme du jardin au fil des années. La frondaison devra laisser voir une masse végétale bombée, ne laissant plus apparaître le nom couché sur le sol, la circulation restera identique, mais cette fois-ci le promeneur sera abrité par un ciel végétal au milieu des troncs de buis. Ce jardin est une métaphore du ventre de la mère et de la fille Françoise-Marguerite de Grignan, èpouse de François Adhémar de Monteil comte de Grignan. La relation complexe des deux femmes a décidé de la forme en dédale de ce jardin. Leurs présences souveraines et sousterraines aux activités touristiques de Grignan, qui vit le nom Sévigné comme sa signature, sont les raisons de cette sculpture végétale. Elle sera véritablement achevée et visible seulement dans quelques dizaines d’années ! F.V
Imprimer

* Recevez nos informations
Plan du site & infos légales | Œuvres | Actualités | Biographie | Bibliographie | Contact | Lettres d'information

© 2008 - Françoise Vergier - Réalisation : Welwel Multimédia